L’émission science-fictionnesque – Sur Fréquence Paris Plurielle – 106.3
categories: Interviews, On Air
tags:

[...] Écoeurée par la lente décadence de la France Éternelle, la Salle 101 se lève et résiste à la chienlit maçonnique en te proposant non pas une, mais deux émissions pour le prix d’une — c’est à dire rien —, avec une joie câline et un dévouement qui, nous le savons, t’ira droit au coeur, public chéri. Dans l’émission du jeudi 7 février 2013, la Salle 101 te donne, oui, te donne quatre interviews d’auteurs entrecoupées d’intermèdes musicaux du meilleur goût conçus pour soutenir Silvio Berlusconi. Il y a du Jérôme Noirez, de la Justine Niogret, de l’Angle Mort et du Yvan Bidiville dedans, sache-le. Dans l’émission du jeudi 14 février 2013, la Salle 101 te régale avec Jeff Noon et son merveilleux Descendre en Marche, mais ne s’arrête pas là. Elle te récompense aussi en disant du mal de la méprisable série Les Revenants, puis régale ton côté geek pauvre avec une série animée gratuite dispo sur le net autour du célébrissime manga Ghost in the shell.

« Non, finalement, rien », soupire Sean C.

category: On Air
tags:

[...] Multipliée comme les pains et les poissons, la Salle 101 marche sur les eaux et n’hésite pas à dire du bien de tout un tas de choses parfaitement estimables, comme Flatland, d’Edwin Abbott, Washita, jolie BD indienne sans colons de Gauthier, Labourot et Lerolle, ou Shibumi, emballant roman mystérieux de Trevanian. Par contre, dans un élan de joie mauvaise, la Salle 101 conchie la critique cinématographique française et dit toute la vérité sur The Master, navet gélatineux même pas drôle de Paul Machin Anderson. Alors, tu vois, quoi.

« Moi, le fandom, j’aime bien« , persiste Jean-Roger M.

category: On Air
tags:

[...] Heureuse d’égorger les pauvres pour leur bien, la Salle 101 s’envole vers les hautes sphères de l’infini en parlant de choses tout à fait folles, comme Haïti Noir, recueil de nouvelles expressément drôles, Tes yeux dans une ville grise, de Martin Mucha, sans oublier Ultimo Elvis, d’Armando Bo. Grâce à la Salle 101, la France n’a plus de peau d’orange.

« La Salle 101, ça donne faim », nous signale Lise A.