Catégories
On Air

L’Émission du jeudi 24 février 2011

[…] Pour fêter les vacances de Nicolas, la Salle 101 parle d’un grand roman de Ursula K. Le guin (Lavinia), d’une grande série de bande-dessinée (Valérian et Laureline, par Christin et Mézières) et d’une grande blague dessinée sur la mort (Welcome to the death club, par Winshluss). Mon Dieu, mais faites donner la troupe.

« Allez, allez, ça va s’arranger », nous rassure Jean-Pierre P.

Catégories
Nouveau

Ton attention s’il te plaît

[…] Public chéri, note cette adresse : Nul Bar Ailleurs, 18 rue de Cotte, 75012. C’est là, oui, c’est là, en effet, c’est bien là — dans la cave — que se déroule désormais l’enregistrement de la Salle 101 chaque mardi, de 20hrs à 21hrs. Va en paix, public chéri.

Catégories
Rien à voir

Ton attention s’il-te-plaît

[…] Suite au congrès de Prypyat, auquel assisteront tous les animateurs de la Salle 101, il n’y aura ni enregistrement de l’émission le mardi 15 février 2011, ni diffusion le jeudi 17 février 2011. Retour à la normale la semaine suivante.

Catégories
On Air

L’Émission du jeudi 10 février 2011

[…] Bien avant les magazines hypes qui attendent ses chroniques pour savoir de quoi il faut parler dans le prochain numéro, la Salle 101, dans sa grande mansuétude, propose quelques pistes aux journalistes précaires : un roman israélien qui tape là où ça fait mal — Little Big Bang —, une bande-dessinée qui fait rire avec un dauphin mongolien — Mélo Biélo — et un polar mexicain presque réussi — Le bison de la nuit. Et après, on dira encore qu’on ne fait aucun effort.

« L’important, c’est d’être bien chez soi », martèle Michèle Alliot M.


Catégories
On Air

L’Émission du jeudi 2 février 2011

[…] La Salle 101 commémore l’immolation de MAM en parlant de plusieurs choses instructives et en buvant beaucoup trop de cocktails avec du rhum dedans, d’où de notables problèmes d’élocution: Emma Becker (Mr), Sonallah Ibrahim (Les années de Zeth) et Iain Banks (Transition). Honneur & Patrie.

« Je garde toujours mes lunettes quand je me déshabille », nous confie Jeanne N.