L’émission science-fictionnesque – Sur Fréquence Paris Plurielle – 106.3
category: On Air
tags:

[…] Pour la dernière émission de l’année, la Salle 101 sabre le champagne et piétine les huîtres en évoquant des choses d’intérêt notable, comme tu pourras le constater toi-même : La fabrique des lendemains, excellent recueil de Rich Larson. Les sept morts d’Evelyn Hardcastle, chouette roman pas si mal de Suart Turton. L’épidémie, petite chose très chouette de Cliford D. Simak. La machine s’arrête, petite chose très chouette aussi de E.M. Forster. Allez, hop, on se capte en 2021.

« Flugh hvghdg fgrddy » balbutie la science-fiction française. le 31 décembre, à 23h59.

category: On Air
tags:

[…] Bien chez elle, bien au chaud avant vingt heures, la Salle 101 termine son année dans la gloire, la joie et la lumière, juge plutôt : Long Story Short, bande-dessinée pour enfants de Simon Hanselman. Le privilège des dieux, bande-dessinée pour païens de Geoffroy Monde. I hate fairy tales, bande-dessinée super cool de Scotty Young. The southern book club guide to slaying vampires, roman super youpiyou de Grady Hendrix. Hell yeah.

« Depuis que j’ai intégré la Redteam, j’ai pris le contrôle de ma vie », assure Laurent G.


category: On Air
tags:

[…] Dépitée, lessivée par son éjection de la fabuleuse RedTeam, la Salle 101 se console en te parlant de trucs oufs, voire limite guedins : Autour du monde, chouette roman pas du tout d’actualité de Laurent Mauvignier. La tour du Freux, roman de Fantasy d’Ann Leckie. Le soliloque du roi Léopold, satire de Mark TwainGrandiose, non ?

« Notre équipe, c’est un peu comme une grande famille, même si Olivier nous manque », s’enthousiasme Laurent G.

category: On Air
tags:

[…] Anéantie par le décès de son mentor Jacques Secrétin, la Salle 101 t’offre une authentique partie de ping-pong sciencefictionnée en t’entretenant de choses légères, que voici : Le maître et Marguerite, génial roman de Mikhaïl Boulgakov dans sa nouvelle traduction, Bubblegum, roman génial d’Adam Levin. Deux chefs d’oeuvre pour le prix d’un, c’est aussi ça la Salle 101.

« J’ai lu le dernier Goncourt, c’est de la merde », s’exclame Pierre-Alain B.