L’émission science-fictionnesque – Sur Fréquence Paris Plurielle – 106.3
category: On Air
tags:

[...] Pétrifiée par le malaise de Christine Boutin, la Salle 101 menace la France de l’ire de Dieu en parlant de plusieurs livres fort intéressants dans leur rapport au réel, tu vois. Les ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables ?, de Karim Berrouka. Déserts américains, de Percival Everett. Les fleurs du karma, de Tommaso Pincio. Que la douce lumière du seigneur effleure ta rétine, public chéri.

« Ouais, mais ce qu’il nous faudrait, ça serait un peu plus de sexe et de violence« , se plaint Jean-François C.

categories: Interviews, On Air
tags:

[...] Célébrant à sa façon l’éclosion des bourgeons et la famine à Chypre, la Salle 101 interviewe Sébastien Doubinsky pendant cinquante-neuf minutes de joie. L’occasion de te pencher plus avant sur cet auteur dont les Éditions Joëlle Losfeld (entre autres) publient des tas de trucs fous. Qu’attends-tu, public, qu’attends-tu ?

category: On Air
tags:

[...] Foudroyée par la récente élection d’un pape amateur de vol plané au-dessus du Rio de la Plata, la Salle 101 parle sexe et drogue avec Springbreakers et révolution syrienne avec Presqu’île arabe, de Salwa Al Neimi. Toi aussi, public, sonne l’angélus avec nous, même si on n’est pas censé accentuer les termes latins.

« les conseils des ministres, c’est un peu comme une drogue », nous signale Valérie P.

category: On Air
tags:

[...] Apitoyée par la déviance d’un certain Bertrand Bonnet qui sera heureusement effacé des livres d’histoire, la Salle 101 persiste et signe en parlant de plusieurs choses qui méritent le détour. La porte du paradis, film marxiste de Michael Cimino. La cité des oiseaux, roman marxiste d’Adam Novy. Le mercenaire de Mack Reynolds et La tour des damnés, de Brian Aldiss. Nous sommes obligés de revenir en politique.

« Si seulement j’arrivais à me souvenir… c’est qui, Gérard Abdaloff ? » s’inquiète Caroline D.

category: On Air
tags:

[...] pour pallier à l’absence de la semaine dernière (oui, une émission entièrement originale a été diffusée le jeudi 21 février, non, elle ne sera pas disponible en téléchargement, fallait allumer le poste de radio, les enfants), la Salle 101 se coupe les cheveux en quatre, public, pour t’offrir du cinéma serbe (la Parade) et une double dose de Léo Henry (Le diable est au piano et Tadjélé – co-écrit avec Mucchielli, Kloetzer et Perger). Hurlements en faveur de Sade.

« Honnêtement, sans le nucléaire, on l’a dans le cul », nous confirme Pierre P.