L’émission science-fictionnesque – Sur Fréquence Paris Plurielle – 106.3
category: On Air
tags:

[...] Triste, triste Salle 101. Après l’excellent début d’Alice qui nous parle d’Antoine BelloLes falsificateurs & Les éclaireurs —, le pathétique Raoul se noie dans deux bouteilles de rouge et n’arrive plus à articuler le moindre mot. De fait, saoul comme une vache, il massacre la chronique du film (?) Splice et du nouveau roman de Charlotte Bousquet, Llorona on the rocks. Ensuite, il part, s’endort dans le train, se réveille à deux heures du mat’ dans une gare inconnue, y passe trois heures et repart à cinq heures dans l’autre sens pour rentrer chez lui comme une merde. Vie d’esclave.

« L’important, c’est de ne jamais penser au bout de la route », philosophe Marcel I.

2 comments

Samuel

décembre 13th, 2010

Première fois que j’écoute l’émission et je dois dire que le style du présentateur et sa manière de critiquer me déçoivent: le ton « pince sans rire dépressif », les comparaisons politiques lourdes qui virent à l’obsession (jamais entendu parler du point Godwin ?) et finalement une critique – ici sur Splice – où l’on ne fait que matraquer le fait que le canevas est antédiluvien.

Bref, je vais essayer d’écouter l’émission pour ses invités mais je trouve l’ambiance désagréable.

décembre 13th, 2010

J’étais saoul. Ça ne compte pas.

leave a comment